FORUM RÉAGIR
 
VOUS AVEZ LA PAROLE !

Si vous désirez faire connaître votre opinion, communiquer une information, faire une proposition, donner une réponse, UNIQUEMENT sur un sujet relatif au jazz authentique, soumettez-nous votre message. (Il s'agit d'un FORUM en différé et non d'un Dialogue interactif).

Merci de nous tenir informés de vos réponses, des réactions, des résultats et des commentaires à hcf@noos.fr

Send Comments mail@yourwebsite.com Tuesday, May 09, 2017

Ecrivez votre texte dans l'email, après avoir cliqué sur le lien ci-dessous,
(A la fin de votre message indiquez toujours vos NOM,PRENOM et EMAIL)
Après validation, votre message - ou son adaptation - sera publié dans l'un des forums du site.
<<
précédente
 page 1/37 (du 28/09/2018au 03/03/2019 
suivante
>>
<<
<
page 1/37
>
>>
31/01/2019 DUKE ELLINGTON AU COTTON CLUB723

Samedi 26 janvier 2019, dans le cadre de ses Cercles d'Etudes,

le HCF-PARIS présenta, à bord du Marcounet :

Duke Ellington au Cotton Club

une conférence audio-visuelle par Jean-François PITET 

Cette conférence, qui demanda à son auteur un grand nombre d'heures de recherches,  porta autant sur l'histoire du Cotton Club que sur Duke Ellington et son orchestre. 

De fait, l'histoire du Cotton Club est liée à celle des gangsters new-yorkais. Ouvert, en 1923, à Harlem pour écouler l'alcool de contrebande pendant la prohibition puis, transféré à Broadway, en 1936, il sera fermé, en 1940, pour une histoire de fraude fiscale comparable à celle qui fit tomber Al Capone à Chicago.

Sa sociologie : Dans ce luxueux établissement qui pouvait accueillir 700 convives, des clients tous blancs, des serveurs et des artistes tous noirs, des chorus girls sépia clair ! 

La musique y était assurée par des orchestres de jazz, choisis parmi les meilleurs. À partir de la fin de l'année 1927, ce fut particulièrement le cas avec l'engagement de la formation de Duke Ellington qui y restera jusqu'en 1931.

 

Après une évocation de l'impresario de Duke Ellington, Irving Mills - dont Duke se sépara parce qu'il lui reprochait de ne pas avoir commandé un assez beau cercueil pour les funérailles de son père - Jean-François Pitet présenta, au travers d'extraits de films - dont certains fort rares - et de l'écoute de morceaux faisant partie des programmes de Duke au Cotton Club :

-  Ses spectacles, avec de nombreuses revues qui chacune pouvait durer plusieurs semaines, 

- Les artistes les plus marquants de l'orchestre à cette époque, notamment : les trompettistes Buber Miley et Cootie Williams, le tromboniste Joe Tricky Sam Nanton,  les chanteuses Ethel Waters, Ivie Anderson, Adelaïde Hall. C'est cette période que l'on définit comme « Jungle » avec Mood Indigo, Creole love call, East Saint Louis Toodle-ooo…

- Les numéros d'artistes que l'orchestre accompagna : Bill Robinson, les Nicholas Brothers et autres tap-dancers, chanteurs et chanteuses  vedettes de la scène américaine, voire internationale avec Maurice Chevalier. Hélas ! aucun document filmé montrant l'un ou l'autre de ces numéros d'artistes n'a encore été retrouvé. Mais, s'il en existe, faisons confiance à Jean-François Pitet pour les dénicher.

Et, tout cela avec l'humour décapant de Jean-Francois Pitet  comme, par exemple lorsqu'il cita Audiard : « Quand les gars de 130 kg parlent... ceux qui en font 60 écoutent !»,  ou lorsqu'il montra des dessins de Cabu représentant … la pizzeria qui occupa dans les années '80 l'emplacement  du prestigieux Cotton Club, à Broadway.

 

Ce fut un bien agréable et passionnant moment. 

François ABON et Jacques BESSE   -Membres du HCF Paris

- Vous pouvez visionner quelques extraits de cette conférence Duke Ellington au Cotton Club sur le site de La Maison du Duke.

 

25/01/2019 BLACK&BLUE : UNE NOUVELLE WEBRADIO JAZZ, BLUES, GOSPEL722

 

Le bon virus du Jazz authentique, du Blues et du Gospel m'ayant été inoculé dès 1965 par Hugues Panassié, et entretenu depuis par le Bulletin du HCF, j'ai récemment décidé de partager cette passion de toujours en créant, à partir de ma grande discothèque, ma propre web radio.  

 

Son nom est BLACK&BLUE *

 

Elle stocke des milliers d'heures de notre musique favorite qu'elle diffuse en continu. Son répertoire est renouvelé régulièrement en y ajoutant de nouveaux trésors. 

Pour moi, Black&Blue est une action bénévole, c'est juste l'amour du Jazz qui m'anime.

Richard KLEIN    - Membre du HCF-Paris

 * Quand vous arrivez sur la page internet, cliquez sur le bouton « Ecouter cette radio »… et c’est parti !

14/01/2019 JAZZ HOT CLUB DE BORDEAUX : NOUVELLE DÉNOMINATION721

Parmi la douzaine de Hot Clubs affiliés au Hot Club de France, le Bordeaux Hot Club est aujourd'hui le plus ancien 

 

- Il fut créé en 1934 sous l'appellation Hot Club de France - Bordeaux

 

- En 1983 le Président d'alors, Bernard Madec, décida de le rebaptiser Bordeaux Hot Club.

 

Nous nous devions toutefois de faire évoluer cette dénomination, notamment par le fait que le terme Jazz, qui est notre credo, n'y apparaissait pas. C'est pourquoi, lors de notre Assemblée Générale - en Novembre 2017 - les adhérents ont décidé de voguer désormais sous la dénomination :

 

JAZZ HOT CLUB DE BORDEAUX 

dont nous vous faisons connaître ci-dessus le nouveau logo.

 

Seul le titre change, notre passion pour le Jazz Authentique reste entière !  

Christian SABOURET   Président du Jazz Hot Club de Bordeaux

09/01/2019 OTIS RUSH NOUS A QUITTES 720

Le grand chanteur et guitariste de blues, Otis Rush, est décédé le 29 septembre 2018, à l'âge de 84 ans. Il s'était révélé au milieu des années 50 comme l'un des créateurs les plus brillants et originaux du Chicago Blues.

 

Otis Rush est né le 29 avril 1934, à Philadelphia (Mississippi - USA). Dès l'âge de sept ans, en autodidacte, il s'initie à l'harmonica puis à la guitare. Arrivé en 1949 à Chicago, il y effectue dès 1954 ses débuts dans l'un des clubs et y joue occasionnellement avec la formation de Muddy Waters. C'est le bassiste Willie Dixon qui le fait enregistrer pour le petit label Cobra. Durant l'été 1956, Il y grave I can't quit you baby qui fut l'un de ses plus grands succès. 

 

Inspiré par BB King, tant à la guitare qu'au chant, son style plus sombre, plein de tension reflète la dureté des quartiers du South Side et du West Side de Chicago, à l'image des autres jeunes loups du Chicago Blues qui se sont révélé à cette époque comme Magic Sam ou Buddy Guy.  De 1956 à 1958, Otis enregistre une œuvre magistrale pour Cobra (Cf. Otis rush the classic recordings cd Charly 217). À la fin des années 50 il grave de belles faces pour la célèbre marque Chess.(Albert King & Otis Rush : Door to Door). 

En 1966, il effectue une tournée en Europe au sein de l'American Folk Blues Festival. Nous avons une trace filmée de la prestation d'Otis Rush grâce aux producteurs allemands Horst Lippmann & Fritz responsables de ces tournées qui ont sorti en 2003, une série remarquable de DVD : The American Folk Blues Festival 1962-1966. Dans le volume 1 (Hip-Op records b 0000750-09) on peut apprécier une version particulièrement émouvante de son célèbre I Can't Quit You Baby où il est accompagné par Dave Myers (b) et Fred Below (dr).

Otis Rush n'a jamais quitté le monde du blues. A partir de 1974 il effectue de nombreuses tournées en Europe mais aussi au Japon. Le 9 octobre 1977, il se produit au festival Nancy Jazz Pulsation, prestation qui a fait l'objet d'un album excellent (Otis Rush live in Europe historical concert Nancy 1977 - Isabel records).

En 1984, il est introduit au Blues Hall Of Fame - le Panthéon du Blues - et a enregistré encore dans les années suivantes des disques qui ne manquent pas d'intérêt. Superbe chanteur Otis Rush s'est toujours exprimé dans un style flamboyant auquel répond un jeu de guitare tout aussi prenant qui est le parfait prolongement de son chant.  Un grand nom du blues que l'on n'oubliera pas

 

Dominique GOUGUET   Hot Club de Limoges

- Dans le cadre de Swingtime, Dominique Gouguet a réalisé sur Swing FM, début janvier 2019, une émission sur Otis Rush . Vous pouvez toujours  l'écouter et la télécharger.

30/12/2018 DAVID ‘’ DAVE ‘’ BARTHOLOMEW CENTENAIRE719

Dave Bartholomew vient d'avoir cent ans !

 

Il fut, dans les années 50 et 60 : un compositeur prolifique (paroles et musique) ou l'arrangeur inventif - et bien souvent les deux à la fois - de plusieurs dizaines des titres inoubliables de Fats Domino. Il avait découvert Fats quand celui-ci n'était encore que le jeune Antoine.

Dave Bartholomew, né en Louisiane à Edgard - petite ville située à 30 km de La Nouvelle-Orléans - fut aussi, avant son retrait de la scène et des studios - un trompettiste au jeu puissant, un chef d'orchestre   (le sien* et celui de Fats), un fameux dénicheur de talents, un producteur avisé, un indispensable collaborateur pour plusieurs labels (Imperial Records et De Luxe Records) et l'un des inventeurs du New Orleans Sound : le R'n B'.

Son apport à la musique louisianaise est si important que les autorités de la Ville ont décidé, en 2015, que le 19 août de chaque année serait The Dave Bartholomew Day of New Orleans !

Un peu plus d'un an après la disparition de Fats Domino (25 Octobre 2017), l'incontournable Dave Bartholomew a fêté ses cent ans, la veille de Noël. Avec les pianistes Art Neville et Dr John qui viennent de prendre du recul, Dave Barholomew est l'un des rares survivants d'une époque jazz étonnamment riche et variée.

 

Michel LALANNE   

 - Dave Bartholomew à la Grande Parade de' Nice (1985) - Photo Michel Lalanne. Cliquez sur le visuel pour l'agrandir.

 

* Pour la période allant de 1947 à 1955 , on écoutera avec plaisir Dave Bartholomew et son orchestre sur les 3 CD parus chez Classics, dans la collection Blues & Rhythm Series (réf.: 5002 - 5055 et 5169).

29/12/2018 HISTOIRE DU JAZZ - EMISSIONS DE LA RTS718

 

En cadeau de début d'année et pour bien réviser ses fondamentaux, je signale que, dans le cadre de L'Histoire Vivante, la RTS (Suisse) a diffusé une série captivante consacrée à l'Histoire du Jazz (authentique) 

Plusieurs spécialistes ont animé ces 4 émissions, d'environ une heure chacune, dont : René Hagmann, musicien et collectionneur et Brenno Boccadoro* éminent musicologue de l'université de Genève.

 

Il est possible d'écouter et de télécharger l'intégralité de ces 4 émissions  :

- 1/4 : La naissance et un peu avant

- 2/4 : L'aventure est en marche

- 3/4 : Cotton et quelques autres Clubs

- 4/4 : La messe est-elle dite ?

 

François ROUSSIN   Membre du HCF-PARIS

*Brenno Boccadoro est aussi un superbe pianiste stride. En juin 2018 à JazzAscona, au sein des Fats Boys, il avait séduit un large auditoire. F.R 

20/12/2018 DES JAZZMEN ET DES BLUESMEN JOUENT NOËL717

 

 A mes amis du Hot Club de France et à tous nos amis du Jazz authentique :

 

 Des Jazzmen et des Bluesmen fêtent Noël :

 

 

 

 

 

Monty Alexander : What a Friend We Have in Jesus (vidéo)  

Louis Armstrong : What a wonderfull world (vidéo) 

Chuck Berry : Merry Christmas Baby 

Ray Charles : The Christmas Song  (vidéo) 

Joey De Francesco : Christmas at 3 A.M

Ella Fitzgerald : Have Yourself a Merry Little Christmas

Aretha Franklin : Ave Maria 

Stanley Jordan et Kevin Eubanks: A Child Is Born 

B.B. King : Back Door Santa King 

Diana Krall : Santa Claus is coming to town (vidéo) 

Wynton Marsalis et le Lincoln Jazz Center Orchestra : Jingle Bells (vidéo)

Laurent Mignard Duke Orchestra et Nicolle Rochelle10 Heaven (vidéo) 

Kenny Neal et Syreeta NealSilent Night 

John PizzarelliSleigh Ride (vidéo)

Rhoda Scott : Winter Wonderland 

 

J'espère que vous passerez un moment agréable en écoutant cette sélection ... et parfois en la regardant (vidéos)

 

Joyeux Noël !

Raphaël AUBIN   Membre du Hot Club de France

19/12/2018 DON WASHINGTON ET UROS PERIC A MONTARGIS716

Sous l'égide du Hot Club du Gatinais, deux concerts ont eu lieu en décembre 2018 au Tivoli de Montargis : Deux vedettes étrangères entourées de la fine fleur des musiciens vivant en France.

 

- DON WASHINGTON : Début décembre 2018, Jean-Marc Berlière - Président du Hot Club du Gâtinais - invite Don Washington que nous avions déjà entendu au piano, au Caveau de La Huchette. Jean-Marc nous l'a fait découvrir à l'orgue Hammond. 

Don, venu spécialement des Etats-Unis pour ce concert a découvert la France sous un jour très jaune, mais nous a donné un superbe concert. Don est un transmetteur qui enseigne l'histoire du jazz et du blues aux américains. Ce soir-là, du fait de ses accompagnateurs : Stan Noubar Pacha (gu) et Simon Boyer (dr), ce fut très blues. Heureusement, Stan cassa une corde de sa guitare ! Pendant que Stan répare, Don enchaîne avec un magnifique Take the A train . 

Ces musiciens ont aussi profité du passage à Paris de Don Washington pour enregistrer un CD en trio. Idéal pour ceux qui n'auraient pas pu venir les écouter à Montargis.

 

- UROS PERIC : Le 15 Décembre 2018, même lieu : le Hot Club du Gatinais invite Uros Peric qui nous vient de Ljubljana (Slovénie). C'est un personnage assez extraordinaire que nous avions croisé, à la tête d'un Big Band, lors du Festival JazzAscona, deux années consécutives. Uros Peric est habité par Ray Charles.  A Montargis,  il n'avait avec lui - budget oblige - que ( !!) la Section Rythmique (Girardot, Nouaux, Blenkhorn) et Drew Davies au saxo-ténor.

Tout en lui évoque Ray Charles, principalement son jeu de piano et son chant, mais aussi sa gestuelle (à Ascona il portait même des lunettes de soleil). 

Un concert en deux parties : la première que j'appellerai découverte avec des morceaux que Ray Charles jouaient peu - All of me, Santa Claus is coming down, chanson country ... La seconde, plus longue avec les hits que l'on attend à un concert évoquant Ray Charles (Georgia, Hit the road Jack, What I'd said, Mess around, ...). Ce fut leur troisième concert à Montargis. Ils étaient tous en grande forme et particulièrement décontractés . Un super moment !

 

Et, Jean Marc Berliére nous annonce pour 2019 quelques uns de mes musiciens préférés, rarement présents en France: Waren Vaché, Nikki Parott, Denise Gordon ... Que du bonheur !

Jacques BESSE    Membre du Hot Club de France

Bonne année 2019 et longue vie au Hot Club du Gatinais et à ses gentils organisateurs : Jean-Marc, Martine et Martine,  Jean-Claude ... et les autres

 

- Photos de Don Washington et d'Uros Peric par Jean-Marc Berlière.  Cliquez sur les visuels pour les agrandir

19/12/2018 JEMIAH ROGERS A BLUES SUR SEINE715

Je suis allé assister à deux concerts de Blues sur Seine : l'un mercredi 21 novembre 2018 à Magnanville (F.78), l'autre jeudi 22 novembre à Guerville (F.76).

Je savais que les sonorisateurs des concerts de blues actuels cherchent à nous rendre sourds, mais j'ignorais qu'ils voulaient aussi nous aveugler ! Les organisateurs avaient prévu des boules Quiès pour équiper les enfants, dont la chorale avait assuré une première partie sympathique, mais pas les verres fumés spéciale éclipse de soleil qui auraient été aussi nécessaires.

 

Je ne vous parlerai ici que du groupe qui s'est produit à Magnanville : The New Blues Generation.  C'est-à-dire  la chanteuse Annika Chambers et le guitariste Jamiah Rogers accompagnés par un trio : Tony Rogers à la basse, Michael Hensley au clavier et Dionte Skinner à la batterie. Annika Chambers est bien meilleure que ce qu'en a dit Soulbag et nous avons pu l'écouter avec l'orchestre qui s'est mis à son service. Mais le clou du spectacle fut le guitariste Jamiah Rogers. Il a assimilé tout le blues de la guitare électrique US : de T Bone Walker à Jimmy Hendrix en passant par Chuck Berry, Albert King et Buddy Guy.

Selon les morceaux, il peut jouer soit très distordu, soit pas du tout. Son concert prend ainsi un style soit déclamatoire, soit intime adapté selon les morceaux. Il a un punch et un swing phénoménal et il sent parfaitement le blues. De plus il a un bon chant (et ce que l'on entend, en 2018, est encore meilleur que les années précédentes). Mais c'est surtout un surdoué de la guitare. Ce que j'ai trouvé sur You Tube, où il est assez présent, m'a semblé moins bon que le concert. Voici les chants qui sont les plus proches de ce que j'ai écouté : Parental Advice et, dans un genre plus intimiste son extrait du concert de La Grande Ourse de Saint Agathon. Un futur très grand si les petits cochons ne le mangent pas.

 

Le concert du Chicago Blues festival à Guerville (jeudi 22 novembre), avec des musiciens bien sympathiques, m'a beaucoup moins touché.

Jacques BESSE    

- Photo Jamiah Rogers - Cliquez sur le visuel pour l'agrandir

30/11/2018 JOE ALTERMAN - NOUVEAU CD : MORE CORNBREAD714

 

Au second semestre 2018, le jeune et talentueux pianiste américain Joe Alterman a publié un CD sous le titre : More Cornbread. Il est accompagné par Kevin Smith (b) et Justin Chesarek (dr).

Enregistré au Jazz Corner de Hilton Head (S.C), c'est le premier CD live de Joe Alterman.

More Cornbread comporte 9 plages pour une durée totale de 75 minutes.

 

Voici deux plages extraites de ce CD qui illustrent bien le grand talent de ce pianiste :

 - BLUE MOON  (influences : Ahmad Jamal et Monty Alexander)

 - OVER THE RAINBOW (influence : Erroll Garner)

   

Ce CD fera l'objet d'une chronique détaillée dans un prochain numéro du Bulletin du HCF

Raphaël AUBIN    - Membre du Hot Club de France 

- Cliquez sur la photo de Joe Alterman pour l'agrandir

27/11/2018 LE MICHEL PASTRE BIG-BAND A LA GARENNE-COLOMBES713

Quelle chance : deux grands orchestres de jazz en moins d'un mois en région parisienne ! 

Après le PSO - Paris Swing Orchestra avec Romane au Jazz Café Montparnasse (voir message ci-dessous) - ce fut, Samedi 17 Novembre 2018, le Michel Pastre Big Band à La Garenne-Colombes, dans le cadre de Jazz in La Garenne dont Irakli de Davrichewy est le Directeur Artistique.

 

Le programme du concert fut consacré :

- En première partie : à l'Orchestre de Count Basie (première époque 39-47) 

- En seconde parie : aux orchestrations de l'Orchestre d' Illinois Jacquet et Basie deuxième époque (à partir de 1953).

Le Michel Pastre Big Band présente pas mal de bons solistes : Michel Pastre lui-même au sax-ténor, Luigi Grasso et Esaï Cid à l'alto - très swingants et, tous deux, moins volubiles que d'habitude ! - Patrick Bacqueville, en grande forme, au trombone et au chant (photo), François Biensan et Fabien Mary aux trompettes,  Pierre Christophe - un peu plus exubérant que Basie - au piano. Tout cela avec une superbe section rythmique : François Laudet (dr), Enzo Mucci (gu) et Raphaël Dever (b).

Quelle différence entre les deux mi-temps ? Dans la première, à part les ensembles de début et de fin de morceaux, l'orchestre intervient surtout par des riffs pour pousser les solistes. Dans la seconde, des orchestrations plus complexes : les sections se répondent et c'est un autre paysage sonore.

Une bonne soirée ! 

 

Michel Pastre nous a dits préparer, pour l'année 2019, un Hommage à Illinois Jacquet. Nous l'attendons avec impatience.

Jacques BESSE    Membre du Hot Club de France

- Patrick Bacqueville lors de ce concert (Photo : Ville de La Garenne-Colombes ) - Cliquez sur le visuel pour l'agrandir.

16/11/2018 CONCERTO POUR GUITARE ET BIG BAND : ROMANE ET LE PSO 712

Vendredi 9 novembre 2018, au Jazz Café Montparnasse, superbe soirée avec Romane et le Paris Swing Orchestra. La salle est comble. Derrière nous, la famille de Romane venue applaudir le maître. Patrick Bacqueville - interdit, ce soir-là, de trombone par la faculté - joue le maître de cérémonies au début du concert et le crooner dans la deuxième partie.

La balance du son est parfaite pour jouer les contrastes entre la guitare et le grand orchestre.  Bien sûr, le répertoire de Django Reinhard est à l'honneur ( Djangologie, Nuages), ainsi que les grands standards : Stardust, Honeysuckle Rose, Lady be good, I got rhythm.

Les solistes, outre Romane, sont principalement : Michel Bonnet à la trompette, Pierre Guiquéro au trombone et Dominique Vernhes au ténor. Liza est le morceau de bravoure de Michel Senamaud sur un arrangement très proche de celui de Benny Carter pour l'orchestre de Chick Webb.

Romane est assez extraordinaire dans tous ces répertoires, que ce soit en solo : When you wish upon a star  (de Pinocchio), ou dans les parties arrangées. 

Et tout cela s'arrête à minuit - comme Cendrillon !- sur un bis endiablé : Jumping at the woodside.

 

Au fait, ils ont enregistré ensemble un CD* pendant la Croisière Jazz d'avril 2018, que vous pouvez maintenant vous procurer.

 

Jacques BESSE    - Membre du Hot Club de France

*Note du Site : Ce CD Live en Mer de Romane et le Paris Swing Orchestra , sorti le 9 Novembre 2018 à l'ccasion de ce concert sera chroniqué dans un prochain numéro du Bulletin du HCF.

31/10/2018 AU FESTIVAL « NEW ORLEANS SUR LEZ »711

Samedi 13 octobre 2018, j'avais amené avec moi trois néophytes en jazz - dont deux récemment déçus par du faux jazz - afin de leur faire découvrir notre Jazz Authentique

 

Avec Philippe LeJeune en trio et Jean-Pierre Bertrand en solo, trio et quintet, mes amis enthousiastes ont bien compris "body and soul" ce qu'est le Jazz Authentique

Ces deux pianistes, au jeu complètement différent - l'un Stride, l'autre Boogie et Blues - ont tous les deux un swing stimulant, aussi bien dans les tempos rapides que dans les tempos plus lents. Mes amis dansaient littéralement sur leurs sièges ! 

 

Si je connaissais déjà le bassiste Bernard Baldous et le tromboniste Francis Guero, je découvrais le saxo/clarinette Jean-Pierre Nadal et le batteur André Neufert (photo). Celui-ci est un batteur de talent : son jeu efficace et souple développe un swing qui entraîne non seulement les musiciens … mais aussi les spectateurs. 

Tous les participants sont repartis contents et même joyeux, ce qui nous montre que le jazz a une vertu thérapeutique, dans ce monde difficile. 

Merci au Hot Club du Languedoc-Roussillon et à Alain Barde, organisateur et présentateur de ces concerts.

 

Marie-France DEMBELE   Membre du Hot Club de France

- Cliquez sur la photo d'André Neufert pour l'agrandir

21/10/2018 BLUES : MELVIN TAYLOR AND THE SLACK BAND 710

A Châteaurenard ( Bouches-du-Rhône), le 12 Octobre 2018, l'association Blues Rock festival - membre de La Voix du Blues - avait organisé un concert de Melwin Taylor (gu,voc), auquel j'ai assisté.

Accompagné de son orchestre américain – Bernell Anderson (keyboards, voc), BT Richardson (gubass, voc) et Steve Walker (dr) - Melvin Taylor nous a joué un blues vif et dynamisant sur les tempos rapides. Sur les tempos lents, il s'est exprimé avec un feeling palpable, en faisant pleurer les cordes de sa guitare. L'expression de son visage et sa gestuelle montraient qu'il était habité par le blues. Personnellement, je considère que Melvin Taylor est un vrai génie de la guitare : une seule guitare pour tout le concert, dont il tire des sons impossibles, voire inimaginables.

La salle était comble avec un public très divers, allant des très jeunes aux seniors. Ils lui ont fait une ovation... et 3 rappels !

Marie-France DEMBELE   Membre du Hot Club de France

- Cliquez sur le visuel pour l'agrandir

05/10/2018 JAZZABAR 2018 - CONCERTS HORS LES MURS : NIREK MOKAR, MATHIEU BORE709

Nirek Mokar et Simon Boyer trio : Dimanche 9 septembre 2018 au matin, dans la salle comble d'un producteur de champagne. Assis, debout et même devant la porte, les festivaliers s'étaient précipités pour voir et écouter le jeune pianiste Nirek Mokar, accompagné par le trio de Simon Boyer au swing toujours si efficace. 

Nirek, portant des lunettes noires, nous a interprété des Boogie Woogie endiablés. Ces lunettes noires me faisaient penser à Ray Charles et, en effet, Nirek nous joua, son interprétation toute personnelle de You are my sunshine, si chère à mon cœur. Le trio manifestait clairement son plaisir d'accompagner le jeune prodige. 

Merci Nirek ! Poursuit sur ce chemin du Boogie Woogie et du Blues... pour notre plus grand plaisir.

 

Mathieu Boré et Simon Boyer trio : Samedi 8 septembre 2018, dans la salle du restaurant du festival, les festivaliers ont non seulement pu régaler leurs papilles, mais aussi leurs oreilles avec la prestation de Matthieu Boré au piano, soutenu par le trio de Simon Shuffle  Boyer, batteur, Stan Noubard-Pacha guitare et Stéphane Barral à la basse. 

J'ai pu ainsi découvrir Matthieu Boré en live et ce fut dynamisant ! Des couples ont même dansé sur ses tempos entraînants.

 

En conclusion générale : Grâce au Hot Club de Champagne, à son président Jean-Pierre Chouleur et à l'armée de bénévoles, le public a pu assister à un festival brillant de Swing et de Hot Jazz.

Marie-France DEMBELE    Membre du Hot Club de France

- Photo de Nirek Mokar prise à Jazz au Phare 2018 par Pascal Thiébaut (Photographe indépendant) - Cliquez sur le visuel pour l'agrandir. 

04/10/2018 CENTENAIRE DE LA NAISSANCE DE NAT KING COLE708

 

Dans son message paru sous la rubrique Forum-Propositions, Jacques Schneck indique que Nat King Cole est né en 1919.

Cette date peut surprendre certains amateurs de jazz. En effet, pendant longtemps on a considéré que Nat King Cole était né en 1917, ce que confirmait, encore en 2011, le Nouveau Dictionnaire du Jazz (collection Bouquins).

Mais, plus récemment c'est l'année 1919 qui est maintenant retenue. Ainsi Wikipédia, indique que : « Nat King Cole est né le 17 mars 1919, jour de la St Patrick. On a discuté parfois son année de naissance, mais dans son autobiographie sa fille - la chanteuse et comédienne Natalie Cole - confirme que son père est bien né en 1919 ».

 

2019 est donc bien l'année du centenaire de la naissance de Nat King Cole.

 

Dominique BRIGAUD    - Membre du Hot Club de France

-Photo extraite de l'album The very best of Nat King Cole (Universal), Cliquez sur le visuel pour l'agrandir.

29/09/2018 JAZZABAR 2018 - CONCERT HORS LES MURS : BO WEAVIL 706

Samedi 8 septembre 2018, sur un podium, en centre-ville de Bar-sur-Aube : Nous avons eu le plaisir d'écouter du Blues avec l'orchestre de Simon Shuffle Boyer (batteur), le remarquable Stan Noubard-Pacha (guitare) et Stéphane Barral (basse), accompagnant Mr Bo Weavil (chant, guitare et harmonica). 

Tout près de moi, un jeune papa surveillait attentivement sa petite fille d'environ 2 ans qui dansait sur le tempo, lent ou rapide, de tous les morceaux joués par l'orchestre. Cela m'a fait chaud au cœur : elle vivait pleinement le blues, sans en comprendre les paroles ! 

 

Bo Weavil

J'ai demandé à Mr Weavil, pourquoi il avait choisi ce nom de scène de Bo Weavil, cette appellation en anglais désignant à l'origine le charançon du coton. Il m'a répondu que toute sa jeunesse avait été bercée par les Blues de vieux bluesmen que son père écoutait très souvent. Bo Weavil est le titre d'un blues chanté par Charley Patton en 1929, puis par Blind Willie McTell. C'est ce qui l'a conduit à choisir ce nom dont il ne connaissait pas alors la signification, mais qui représentait pour les noirs la pugnacité et la résistance à la ségrégation 

Mr Weavil ne doit pas connaître non plus le double sens que recouvre cette appellation Bo Weavil. Pour en savoir plus à ce sujet, je vous suggère la lecture de l'article Bo Weavil dans Talking That Talk, ouvrage de Jean-Paul Levet aux éditions OutreMesure (et aux éditions Hatier).

 

Il est clair pour moi qu'entendre du Blues et du Jazz authentique dans l'enfance, comme ce fut le cas pour Simon Boyer et Mr Weavil, ouvre la voie à de futurs fans de cette musique et même parfois à de futurs bluesmen/women et jazzmen/women

Marie-France DEMBELE    Membre du Hot Club de France

- Photo : Mr Bo Weavil - Cliquez sur le visuel pour l'agrandir.

28/09/2018 AU 10e JAZZABAR (3) - TROISIEME SOIREE - DIMANCHE 9 SEPTEMBRE 2018705

Luca Filastro piano solo - Handfull of Keys

Habituellement, à titre personnel, j'apprécie plus le Boogie Woogie que le  Stride. Mais là, avec ce jeune pianiste qui nous a évoqué Fats Waller avec beaucoup de brio, mes oreilles se sont ouvertes  plus largement à ce style Stride.

Toutefois, il a interprèté aussi du Boogie Woogie, montrant ainsi toute l'étendue de son talent.

 

The Gunhild Carling Show *

- Une famille toute entière engagée dans le jazz authentique, c'est-à-dire le swing : la maman joue du Banjo, l'un des fils est à la batterie, l'autre à la clarinette et au saxo. Et Gunhild, la brûlante et  explosive fille joue de la trompette et du trombone, chante et à l'occasion s'installe à la batterie et même danse façon claquettes . Seuls le pianiste et le contrebassiste ne sont pas de la famille.

- Pour Gunhild Carling, Armstrong  Is The Best  et elle s'en inspire abondamment en jouant de la trompette . Quant au trombone, ses maîtres, me semble-t-il, sont Kid Ory et Trummy Young. Elle met le feu dans la salle par son swing et son entrain communicatif. Je qualifierai cette artiste de phénomène, car cette faible femme venue du froid joue de ces instruments avec force, vigueur mais aussi souplesse. Comme disent les américains  : c'est une vraie « entertainer » ! 

Marie-France DEMBELE    Membre du Hot Club de France

* Composition de l'orchestre : Gunhild Carling (tb, tp, voc, claquettes ...), Max Carling (ts,cl),  Ulf Carling (dr), Aina Carling : (bj), Marcus Fernholm (p) ,  Hakan Persson (b,tb)

- Gunhild Carling jouant à Jazzabar (Photo Pierre Ingrin) - Cliquez sur le visuel pour l'agrandir.


 
HOT CLUB DE FRANCE 2017